L’Afrique du Sud, première économie d’Afrique, représente plus de 30% du PNB du continent et figure parmi les marchés émergents les plus prometteurs du monde. Classée « pays à revenu intermédiaire» par la Banque Mondiale, elle allie de manière unique en son genre une économie comparable à celle des pays développés et la promesse d’un marché émergent en pleine expansion. Seul membre africain du G20, elle coopère avec l’OCDE dans le cadre du programme d’engagement renforcé. Classée au 26e rang des nations industrialisées, l’Afrique du Sud est membre des principales institutions financières internationales où elle joue un rôle majeur dans la promotion des objectifs des pays en développement. En décembre 2010, elle a rejoint le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine au sein du BRIC, devenu depuis lors BRICS.


 

Alors que la majeure partie du monde a plongé dans la crise économique, l’Afrique du Sud a réussi à se préserver, grâce notamment à la prudence de sa politique monétaire et fiscale. L’Afrique du Sud, qui a su réformer son économie, enregistre des taux de croissance enviables ; le pays a connu 62 trimestres de croissance économique ininterrompue entre 1993 et 2007, année où le PIB a atteint 5,1%.

La crise, et notamment celle de la zone euro, a toutefois affecté une économie sud-africaine de plus en plus exposée au marché mondial. En 2008, le taux de croissance du PIB se situait à 3,1%. Il devrait atteindre 2,9% en 2012.

Grâce à une politique de contrôle très stricte, la Banque centrale sud-africaine a réussi à contenir l’inflation. En juillet 2012, celle-ci reculait même pour le troisième trimestre consécutif à 4,9%. Ceci a permis de protéger le niveau de vie des Sud-Africains, et en particulier celui des ménages les plus pauvres. 

 

Les principaux secteurs de l’économie

L’Afrique du Sud possède une base industriellelarge et diversifiée (30% du PIB). Le pilier de l’industrie sud-africaine est l’industrie minière (plus de 13 % du PIB). Grâce à un sous-sol riche en ressources minérales, l’Afrique du Sud demeure le premier producteur mondial de minerais tels que l’or, le platine, le rhodium, le chrome, le manganèse et le vanadium. Elle est le 4e pays producteur de diamants. Le pays possède 80% des réserves mondiales de manganèse, 72% des réserves mondiales de chrome, 88% des réserves mondiales de métaux du groupe platine, 40% des réserves mondiales d’or et 27% des réserves mondiales de vanadium. Enfin, elle possède 60% des réserves mondiales de charbon.

L’industrie automobile occupe également une place de choix et représente 6,5 % du PIB. Sept constructeurs automobiles sont implantés dans le pays, qui est le premier producteur de pots catalytiques au monde. Par ailleurs, l’Afrique du Sud est le 25ème producteur mondial de produits chimiques et raffine la plupart des produits bruts qu’elle importe. Le pays est le premier producteur mondial de carburants synthétiques.

Par ailleurs, l’industrie aéronautique sud-africaine dispose d’un savoir-faire reconnu dans la conception et la fabrication de produits à haute valeur ajoutée. Les deux acteurs majeurs  de cette industrie sont Denel pour le secteur public et Aerosud pour le secteur privé. Des sociétés de niveau international interviennent également dans la sous-traitance pour les principaux constructeurs aéronautiques civils et militaires.

L’énergie contribue à environ 15 % du produit intérieur brut sud-africain. L’entreprise  publique Eskom est l’une des 10 plus grandes compagnies d’électricité au monde. Elle génère 95% de l’électricité utilisée en Afrique du Sud et exporte vers les autres pays africains. Le réseau électrique d’Afrique du Sud se compose de plus de 300 000 kilomètres de lignes électriques. Le programme d’électrification massive du pays, lancé dans les années 90, a permis à près de 3,5 millions de foyers d’avoir accès à l’électricité.

Le réseau téléphonique sud-africain est à 99,9% numérique et utilise les technologies les plus modernes en matière de communications filaires, sans fil et satellitaire. Plus de 40 millions de Sud-Africains possèdent un téléphone portable et plus de 4 millions ont accès à internet. Les infrastructures liées aux télécommunications devraient s’améliorer encore grâce aux projets de câbles sous-marins récemment mis en service ou en cours d’installation.

Bien que la part de l’agriculture soit désormais inférieure à 3% du PIB, elle emploie une bonne partie de la population active et 12% de la surface du pays lui sont consacrés. Aujourd’hui, le pays est non seulement auto-suffisant dans la majeure partie des produits agricoles, mais il est aussi exportateur net de produits alimentaires. Le secteur de l’industrie agroalimentaire est, lui aussi, en constante croissance. L’Afrique du Sud s’est hissée au 6e rand des producteurs de vin.

Agriculture 2,4%
Industrie : 30,6%
Services 67%

L’Afrique du Sud  possède une structure financière sophistiquée avec une Bourse dont la capitalisation la classe parmi les 20 premières au monde.

Dans son rapport 2012-2013 sur la compétitivité mondiale, le Forum Economique Mondial classe l’Afrique du Sud au second rang mondial en termes de fiabilité de ses institutions privées et en troisième position pour le développement de ses marchés financiers. « Ces résultats montrent la confiance accordée aux marchés financiers sud-africains à une époque où la confiance fait défaut à une bonne partie du monde », précise le rapport.

Le coût du travail en Afrique du Sud est considérablement moindre que celui de nombreux autres marchés émergents et le pays obtient de bons scores dans l’Annuaire Mondial de la Compétitivité :

  • L’Afrique du Sud occupe la 52e place (sur 144) en termes de compétitivité mondiale, la première place en Afrique et la  troisième parmi les BRICS,
  • La 25e place pour la taille de son marché,
  • La 50e place en matière de stabilité macro-économique,
  • La 36e place pour la pratique de la gestion des affaires,
  • La 35e place sur 183 en termes de climat favorable aux affaires,
  • La 30e place en matière de protection de la propriété intellectuelle, de la propriété industrielle,
  • La 4e place en termes de développement des marchés financiers,
  • La 2e place pour la transparence de ses institutions privées.

 

Parmi les autres atouts que possède l’Afrique du Sud sur le plan économique :

  • Elle est l’un des 26 pays les plus industrialisés du monde.
  • Elle est un tremplin vers le reste de l’Afrique.
  • Elle représente la plus grosse économie africaine avec 30% environ du PIB du continent.
  • La Bourse de Johannesburg est la plus importante d’Afrique et l’une des 20 plus importantes au monde.
  • Plus de 70 banques sont présentes en Afrique du Sud. Les plus importantes d’entre elles sont : la Standard Bank, ABSA, la First Rand Bank et Nedbank.

 

Investissements

Le panorama général de l’investissement demeure satisfaisant. Membre du G20, l’Afrique du Sud n’est pas considérée comme un pays à risque et demeure un tremplin idéal pour les entreprises souhaitant s’implanter dans le reste du continent. Les autorités ont mis en œuvre nombre de mesures d’incitation et, en 2011, l’investissement étranger direct a rapporté 42 milliards de rands, soit quatre fois plus que l’année précédente.

Les grands projets d’infrastructures annoncés par le gouvernement sud-africain constituent l’un des moteurs de l’activité économique. Les infrastructures sud-africaines, déjà extrêmement modernes, ont fait l’objet d’une modernisation et d’une expansion accélérées dans le cadre de la Coupe du Monde de Football 2010. Le gouvernement sud-africain, qui a identifié les projets d’infrastructure comme vecteur de croissance et d’emplois, a investi plus de 800 milliards de rands sur trois ans dans ce domaine.

Le pays est doté de ports stratégiques tels que Richards Bay, East London, Durban, Port Elizabeth, Mossel Bay, le Cap et Saldanha. L’essentiel de l’activité se concentre toutefois à Durban qui assure la majeure partie du transport des containers en Afrique australe. Le réseau routier comprend, quant à lui, 754 000 km de routes, dont près de 10 000 km sont des routes nationales goudronnées.
Le réseau ferroviaire sud-africain, le 10e au monde, est relié aux réseaux d’Afrique australe. Dernier né des trains sud-africains, le Gautrain (contraction de Gauteng et train), projet de 2 milliards d’euros, relie par un système de type Train Express Régional, sur 80 km, l’aéroport international O.R. Tambo, Johannesburg et Pretoria. Il est le fruit d’un partenariat public-privé canadien, français et sud-africain.

 

Enfin, plus de 50 compagnies aériennes et plus de 33 millions de passagers fréquentent chaque année les aéroports internationaux de Johannesburg, du Cap et de Durban.

 

Commerce

L’Afrique du Sud, dont l’économie s’est considérablement diversifiée au cours des quinze dernières années, exporte aujourd’hui bon nombre de produits et services :

  • Les minerais (platine, or, diamants et charbon),
  • Les véhicules et composants automobiles,
  • L’acier,
  • Les fruits et le vin,
  • Les produits alimentaires industriels,
  • Les produits chimiques,
  • Le bois, la pâte à papier et le papier,
  • Les produits manufacturés(L’Afrique du Sud exporte plus de 25% de ses produits manufacturés vers l’Afrique).

 

Les métaux et les minerais constituent les principaux produits d’exportation. Les machines-outils, l’équipement lié au transport représentent plus du tiers des importations du pays. Les véhicules, les produits chimiques et manufacturés ainsi que pétrole sont également massivement importés par l’Afrique du Sud. La Chine est devenue depuis 2009 le principal partenaire commercial de l’Afrique du Sud et se situe au 5e rang des investisseurs étrangers.

La France est le 16e client de l’Afrique du Sud et son 9e fournisseur. Les produits français constituaient en 2011 3,2% du total des importations sud-africaines et atteignaient, la même année, 71 milliards d’euros, soit une hausse de 23,5% en un an. Les ventes françaises à destination de l’Afrique du Sud se font principalement sous forme de matériels de transport (32% du total), de biens d’équipement (25%) et de produits de l’industrie chimique et pharmaceutique (13,5%). Suivent les biens de consommation, l’automobile, les produits agricoles et l’agroalimentaire. L’aéronautique a figuré en bonne place des exportations françaises en 2011 grâce à la livraison de 6 Airbus A330-200 à la South African Airways.

Les exportations sud-africaines à destination de la France ont connu une baisse de 8,8% en 2011 pour s’établir à 954 millions d’euros. L’Afrique du Sud, 34e client de la France,  exporte vers l’Hexagone du charbon (172 millions d’euros en 2011), des composants électroniques, des produits sidérurgiques, des biens intermédiaires, des biens d’équipement et de l’agroalimentaire.

Plus de 200 entreprises françaises sont installées en Afrique du Sud où elles emploient près de 30 000 salariés. Les dernières statistiques situent la France au 9e rang des investisseurs étrangers, loin derrière le Royaume-Uni, les Etats-Unis, l’Allemagne, les Pays-Bas ou la Chine. L’encours des investissements français atteint un montant d’environ 1,6 milliard d’euros. Les deux tiers des investissements français se concentrent sur les domaines industriels, même si les services (services financiers, hôtellerie, contrôle technique…) connaissent un développement important.

Enfin, l’Agence Française de Développement est l’un des principaux bailleurs d’aide publique au développement en Afrique du Sud.  Les autorisations d’engagement annuelles de l’AFD en Afrique du Sud ont connu une augmentation régulière depuis 1994, laquelle s’est fortement accentuée au cours des cinq dernières années pour atteindre 422  millions d’euros en 2010. Ainsi, entre 1994 et 2010, les autorisations d’engagement cumulées de l’AFD dans le pays s’élèvent à 1,7 milliard d’euros dont plus de 1,3 milliard ont été autorisés entre 2006 et 2010, faisant de l’AFD le deuxième bailleur de fonds en Afrique du Sud.  L’AFD intervient en Afrique du Sud avec l’objectif prioritaire de soutenir la croissance et d’accompagner les politiques publiques en faveur du rattrapage social et économique des populations autrefois défavorisées.

 

 

Liens internet

Statistiques

www.statssa.co.za

Statistics South Africa

www.resbank.co.za

SA Reserve Bank

www.sars.gov.za

SA Revenue Services

 

Ministères-Entreprises publiques

www.gov.za

Gouvernement sud-africain

www.thedti.gov.za

Ministère du Commerce et de l’Industrie

www.treasury.gov.za

Ministère des Finances

www.dme.gov.za

Ministère des Mines et de l’Energie

www.labour.gov.za

Ministère du Travail

www.transnet.co.za

Transnet

www.eskom.co.za

Eskom

www.dbsa.org

Development Bank of Southern Africa

www.idc.co.za

Industrial Development Corporation

Chambres de Commerce

 

 

www.tips.org.za

Trade and Industrial Policy Secretariat

 

 

www.jcci.co.za

Chambre de Commerce et d’Industrie de Johannesburg

www.wesgro.org.za

Agence de Promotion en matière de Commerce et d’Investissement de la Province du Cap occidental

www.durbanchamber.co.za

Chambre de Commerce et d’Industrie de Durban

www.sacci.org.za

Chambre Sud-africaine de Commerce et d’Industrie SACCI, (anciennement SACOB)

 

 

www.capechamber.co.za

Chambre de Commerce et d’Industrie du Cap

 

Banques-Secteur financier

www.jse.co.za

Johannesburg Stock Exchange

www.bondex.co.za

Bond Exchange of South Africa

www.standardbank.co.za

Standard Bank

 

 

 

 

 

 

 

Organismes économiques français qui s’occupent de l’Afrique du Sud

UBI France

77 boulevard St Jacques
75014 Paris
Tel : 01 40 73 30 00

Maison de l’Afrique

Bourse du Commerce
2, rue de Viarmes
75040 Paris Cedex 01
Tel : 01 55 65 35 87

CIAN (Conseil Français des Investisseurs en Afrique)

45 rue de la Chaussée d’Antin
75009 Paris
Tel : 01 45 62 55 76

MEDEF International

Bureau Afrique
9, rue Frédéric Le Play
75007 Paris
Adresse postale :
55, avenue Bosquet
75330 Paris Cedex 07
Tel : 01 53 59 16 08

DGTPE-Agence Française de Développement

Bureau Afrique
Teledoc  526
139, rue de Bercy
75572 Paris Cedex 12
Tel : 01 44 87 19 87

 

Pour toute information concernant les entreprises sud-africaines implantées en France et les importateurs de produits sud-africains(vin, thé, artisanat, agroalimentaire, fleurs …)

Section Commerciale

Ambassade d’Afrique du Sud
59, quai d’Orsay
75007 Paris
Tél : 01 53 59 23 23
e-mail : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.