Actualités

Toutes les actualités

Dans cette rubrique

Médiathèque

Media Centre

 

NOUVELLE REGLEMENTATION POUR LES PAIEMENTS
(AFFAIRES CONSULAIRES & VISAS)
A COMPTER DU 11 JUIN 2018

Click here for further information

Pour toute demande d'information sur les visa et les services consulaires de l'ambassade, merci d'écrire à
consular.services
@afriquesud.net


Tél : 01 53 59 24 00
ou
01 53 59 24 01

 

 

 

 

FUNERAILLES OFFICIELLES POUR L’AMBASSADEUR MODISE

Le Président Cyril Ramaphosa a déclaré des funérailles officielles de Catégorie 1 pour l’ancien chef du protocole de l’Etat et titulaire de l’Ordre National de Luthuli, l’Ambassadeur Billy Modise, qui s’est éteint le 20 juin 2018 à l’âge de 87 ans. « Feu l’ambassadeur Modise a servi notre pays avec dévouement et diligence et mérite tous les honneurs pour sa contribution exceptionnelle à l’avènement d’une Afrique du Sud libre de l’oppression et à la construction d’un pays non-raciste, non-sexiste et démocratique », a déclaré le chef de l’Etat. Ce dernier a demandé à ce que les drapeaux soient en berne jusqu’au 28 juin, jour des funérailles de l’Ambassadeur Modise.

Billy Modise est né à Bloemfontein, dans ce qui était alors l’Etat Libre d’Orange, le 8 décembre 2018, et a grandi dans un environnement hautement politisé. Il a pu poursuivre ses études à l’école de Modeerport grâce à une bourse de l’Eglise anglicane. En janvier 1955, il est admis à l’Université de Fort Hare pour y étudier la médecine. C’est sur le chemin de l’Université qu’il rejoint l’ANC. Alors qu’il est encore étudiant, il est amené à travailler avec, notamment, Z.K. Mattews et Govan Mbeki. De ses contacts avec ces dirigeants politiques chevronnés, il s’imprègnera de la politique de libération qui ne le quittera plus. Il devient secrétaire de la Ligue de la Jeunesse de l’ANC de la branche de Fort Hare puis secrétaire du Conseil Représentatif des Etudiants.

Sa santé l’obligera à renoncer à ses études de médecine pour une licence qu’il achèvera en 1959. A Fort Hare toujours, il rejoint l’Union Nationale des Etudiants sud-africains (Nusas) dont il deviendra l’un des cadres dirigeants. En 1960, la Nusas l’envoie en Suède pour assister à une conférence. Il y poursuivra des études grâce à une bourse. Il commence alors à mobiliser l’université contre l’Etat de l’apartheid. Entre 1960 et 1972, il réussira à étendre la mobilisation à la Finlande, au Danemark et la Norvège où il établit des relais de l’ANC.

En 1975, il est envoyé aux Etats-Unis pour travailler à la Conférence des Nations unies pour les établissements humains (ONU-Habitat) pour laquelle il prépare des documents d’orientation sur la question de la réinstallation. De 1976 à 1988, il travaille pour l’ONU, formant des exilés namibiens en science politique, sociologie et éducation, entres autres activités.

Billy Modise quitte l’ONU en 1988 pour se consacrer à l’ANC à plein temps. Il retourne en Suède comme représentant du Congrès National African. Il sera rappelé en 1991 pour diriger au quartier général de l’ANC la fondation Matla établie pour préparer les élections de 1994.

En 1995, il est nommé Haut-Commissaire de l’Afrique du Sud au Canada, puis devient chef du Protocole de l’Etat de 1999 à 2006.

« Billy Modise a choisi de lutter contre l’oppression plutôt que d’accepter un statut de citoyen de seconde catégorie. Il a affronté l’inconnu, à travers de nombreux pays afin de chercher une réponse à l’abominable système de l’apartheid ».

La Présidence