Médiathèque

Media Centre

 

NOUVELLE REGLEMENTATION POUR LES PAIEMENTS
(AFFAIRES CONSULAIRES & VISAS)
A COMPTER DU 11 JUIN 2018

Click here for further information

Pour toute demande d'information sur les visas ou les services consulaires :

Tél :
01 53 59 24 00
ou
01 53 59 24 01

Par email :
paris.dha@dirco.gov.za

 

 

 

 

L’UNESCO INSCRIT LES ECOSYSTEMES DE MAGALIESBERG ET GOURITZ SUR SA LISTE MONDIALE DES RESERVES DE BIOSPHERE

Paris le 11 juin 2015


L’Organisation des Nations unies pour l’Education, les Sciences et la Culture (Unesco) a donné son feu vert à l’inscription des écosystèmes sud-africains de Magaliesberg et Gouritz sur sa liste des Réserves de Biosphère. Ces derniers portent ainsi au nombre de huit les réserves sud-africaines de biosphère. Le ministère sud-africain de l’Environnement a confirmé que cette décision avait été prise lors de la 27e session du Conseil international de coordination du Programme sur l’Homme et la Biosphère (CIC-MAB) qui a eu lieu à Paris le mardi 9 juin 2015.

La ministre sud-africaine de l’Environnement, Mme Edna Molewa s’est félicité de cette annonce: «  L’Afrique du Sud est fière d’apprendre l’inscription de deux sites supplémentaires et le gouvernement soutient les efforts en faveur de l’extension de la protection des sites naturels et des objectifs nationaux en matière d’environnement ».

La réserve de Magaliesberg se situe à cheval entre les provinces de Gauteng et du Nord-Ouest et relève de la zone terrestre prioritaire du Bushveld Bakenveld, région désignée comme prioritaire en matière de protection. Le site se trouve au carrefour de deux grands biomes africains, à savoir les plateaux des plaines centrales d’Afrique et la savane sub-saharienne mais aussi des vestiges d’un troisième biome, la forêt de la montagne africaine. La réserve de Magaliesberg, où vivent 262 000 personnes, couvre une superficie d’environ 360 000 ha entre Pretoria et Johannesburg à l’est, et Rustenburg à l’ouest. Par ailleurs, la région est dotée de paysages et des beautés naturelles magnifiques ainsi que d’un riche patrimoine culturel puisqu’elle accueille le Berceau de l’Humanité qui fait partie des sites de fossiles d’Hominidés du Patrimoine Mondial. Ce dernier remonte à 4 millions d’années. La région est aussi riche de sa flore et de sa faune et accueille 45% des espèces d’oiseaux de toute l’Afrique australe.

Le second site, le réserve de Gouritz couvre, lui, une région de plus de trois millions d’hectares et chevauche les provinces du Cap oriental et occidental. C’est la seule région au monde qui réunisse trois hauts lieux de la biodiversité, le Fynbos, le Succulent Karoo et le Maputoland-Tongoland-Albany. Cet ensemble biosphérique appartient au Royaume Floral du Cap qui est le plus petit, mais le plus riche des six royaumes floraux du monde et le seul à se trouver à l’intérieur des frontières d’un seul pays. La Réserve de Gouritz recèle de nombreuses plantes endémiques, des invertébrés menacés de disparition et moult variétés de papillons. C’est aussi le chemin qu’empruntent les grands mammifères lors des migrations. Cette réserve, à haute valeur historique, réunit trois composantes de la Région Florale du Cap, connue du monde entier et inscrite au Patrimoine mondial.

Les Réserves de biosphère sud-africaines sont : la Réserve de Kogelberg (Province du Cap occidental, déclarée zone réservée en 1998) la Réserve biosphérique de la côte du Cap occidental (Province du Cap occidental , déclarée zone réservée en 2000), la Réserve biosphérique de Waterberg (Province du Limpopo, 2001), la Réserve Kruger-to-Canyons –K2C (Provinces du Limpopo et de Mpumalanga, 2001) la Réserve des vignoble du Cap, (Province du Cap occidental, 2007) et la Réserve de Vhembe ( Province du Limpopo Mai 2009).

« Le gouvernement poursuivra à gérer le nombre grandissant de réserves de biosphère en collaboration avec les propriétaires des terres, les populations et les autres partenaires de manière à respecter les normes fixées par l’UNESCO et nos propres objectifs nationaux en matière de développement durable » a déclaré la ministre le 10 juin dernier. Mme Molewa a également indiqué que la mise en œuvre du plan de gestion de la Réserve de Magaliesberg devrait créer nombre de possibilités grâce à un partenariat avec le secteur privé et atténuer les effets négatifs de l’activité industrielle de la région. Quant à la réserve de Gouritz, la plus grande d’Afrique du Sud, « elle devrait renforcer le statut de l’Afrique du Sud, troisième pays du monde en termes de biosphère ». Enfin la ministre a souligné que cette nouvelle désignation devrait encourager les efforts sud-africains pour préserver la région Florale du Cap.

Le Programme sur l’Homme et la Biosphère (MAB) est un programme scientifique intergouvernemental visant à établir une base scientifique pour améliorer les relations homme-nature au niveau mondial. Lancé au début des années 70, le MAB propose un plan de recherche interdisciplinaire, encourage le renforcement des capacités et a pour principaux objectifs de réduire la perte de biodiversité et d’en traiter les aspects écologiques, sociaux et économiques.